Pour la protection de la vie privée en politique

Sep 17 2018

Les partis politiques qui forment le gouvernement détiennent le pouvoir. Or, ils possèdent également des renseignements personnels délicats sur des particuliers. Il s’agit là d’une situation troublante pour le respect de la vie privée et la démocratie.

De plus en plus de données sont recueillies sur les particuliers en raison des progrès de l’informatique et de la technologie. Des techniques d’analyse évoluées, employées souvent à l’insu et sans le consentement des particuliers, suscitent de nouvelles inquiétudes en matière de vie privée et d’éthique. Étant donné l’influence de ces pratiques sur les élections, il y a lieu de s’y attarder.

Malheureusement, alors que s’étend le bassin de données sur le comportement et les attitudes des citoyens qui permettent d’identifier ceux-ci, les lois ontariennes sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée n’évoluent pas au même rythme. Dans le dernier rapport annuel du CIPVP, j’ai d’ailleurs recommandé d’élargir le pouvoir de surveillance de notre bureau pour l’appliquer aux partis politiques.

Il faut mettre à jour les lois sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée afin qu’elles demeurent pertinentes devant les torrents de données qui circulent de nos jours. Cette situation n’est pas unique à l’Ontario. La semaine dernière, j’ai rencontré des représentants d’organismes de protection de la vie privée de l’ensemble du Canada à Regina, en Saskatchewan. Ensemble, nous avons pris une résolution réclamant que les pouvoirs publics adoptent des textes de loi qui obligeraient les partis politiques à se conformer aux principes reconnus de protection de la vie privée.

De telles lois conféreraient à tous les Canadiens et Canadiennes une protection équivalente de leur vie privée et de leur droit de demander l’accès aux renseignements que les partis politiques détiennent à leur sujet.

Pour en savoir davantage, lisez le texte intégral de la résolution intitulée Assurer la confiance et la confidentialité dans le processus électoral du Canada.

Brian Beamish

Commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario